Un site fort chatoyant
Genèse 8:1 : "J'ai pensé à toi, ça m'a fait péter."




J'étais en train de finir de régler la porte latérale de mon Master II, étant parvenu après quelques heures à la faire enfin et pour la première fois fermer correctement (moralité : régler d'abord la serrure du haut). Mon père passant par là, je lui fis remarquer à quel point il m'était étrange que pour un véhicule n'ayant même pas encore vingt ans, toutes les portières présentaient des problèmes de fermeture. Il me répondit que c'était du Renault, et qu'elles étaient peut-être déjà déréglées en sortant de l'usine.

Même si Renault mérite un peu sa réputation, les Master II sont des véhicules corrects et plutôt fiables. Les phases 1 (1998-2001), brillent par leur simplicité, débarrassés de toute forme d'électronique et d'un entretien plutôt agréable, en plus d'un design épuré éloigné des formes agressives et surchargées des fourgons modernes. Le mécano du dimanche économisera les frais de main d’œuvre pour la plupart des tâches courantes, compensant par là une consommation de gasoil et parfois d'huile un peu au dessus de la moyenne.




Quelques notices techniques :




Liste en vrac de problèmes récurrents des Master II phase 1, si jamais vous voulez en acquérir un :
- boîte de vitesse fragile, mais si elle a tenue jusque maintenant c'est bon signe. Ca ne fait pas de mal de la vidanger tous les deux ans tout de même (si vous ne voulez pas vous ruiner en Elf NFP 75W80, la Shell Spirax 75W80 fait aussi l'affaire),
- Problème de corrosion des baguettes latérales,
- Rotules de direction faiblardes ; dans tous les cas c'est une très bonne habitude que de ne jamais tourner les roues à l'arrêt,
- Mécanismes et serrures des portes qui déconnent, ce qui se répare mais est un peu pénible.

Ses points forts sont :
- Très large et spacieux, comme fourgon aménagé c'est le pied, et si vous mesurez 1,72m ou moins vous pourrez même dormir en travers,
- Cabine confortable, grand volant et visibilité exceptionnelle. Avec la position surélevée, c'est vue panoramique sur les paysages si beaux,
- Entretien simple et sans piège, mécanique à l'ancienne, pas de pannes électroniques à la con,
- Véhicule globalement plaisant à conduire, même lorsque l'on n'a pas l'habitude des gros fourgons.

Le Master II phase 1 est malgré son apparence extérieure très différent du phase 2. Il n'y a guère que le châssis qui soit commun aux deux véhicules.